Celui qui deux fois de l’Amour est né

Alexandra JOY

  • Roman
  • 352 pages
  • ISBN 978-2-9568399-0-3
  • Pour commander : contacter ici

Au sein d’un ashram, de jeunes élèves, pris dans un complot qui menace le Royaume, doivent déjouer les obstacles et résoudre le mystère qui plane sur la plus illustre des écoles du yoga grâce aux enseignements qu’ils reçoivent.

« Lorsque j’ai décidé d’écrire ce roman, mon souhait était celui de partager des enseignements sur les postures de yoga, les exercices de respiration, l’alimentation, la méditation, la vie yogique et la philosophie du YOGA au sein d’un ouvrage léger, facile à lire et plein de suspens. »

Image1

« — Maintenant, je vous demande pourquoi la notion de séparation est-elle si prépondérante dans nos vies ? N’avez-vous pas remarqué que l’être humain a toujours besoin de quelque chose qui le maintienne séparé des autres entités ? Voyez comme tout ce que l’on fait est dans le but de se différencier. La tendance à vouloir se différencier est en fait un besoin intrinsèque du mental. Dans ce processus de séparation se trouve l’origine de l’ego. Pourquoi croyez-vous que, depuis la nuit des temps, l’être humain n’a cessé d’ériger des frontières, de déterminer à qui appartient quoi, de segmenter, de produire des cadres, de comparer, de créer des échelles de valeurs, de mesurer, d’entrer en compétition et de délimiter ?

Maître Amadeus avait prononcé cette dernière phrase en marquant chacune des syllabes. Il se tourna vers le centre de la salle pleine des nouveaux élèves de l’ashram et poursuivit :

— Il existe un besoin naturel de l’ego de se sentir séparé d’autrui pour pouvoir prouver sa propre existence, pour lutter contre le sentiment de dissolution, pour lutter contre la peur fondamentale de disparition. C’est cela que la peur de la mort. L’ego a peur de la mort physique et n’a de cesse de préserver ce corps, car, en tant qu’être identifié à ce corps, la disparition de ce corps équivaut directement à la disparition du “je”. »